Mettre les questions sociales au centre des débats !

dimanche 10 octobre 2021  |  par  École Émancipée  | 

Après la réussite des mobilisations interprofessionnelles du 5 octobre tant par le nombre que par la légitimité des revendications, la question des suites se pose de façon cruciale. Au moment où la précampagne présidentielle ne s’articule qu’autour de la sécurité, de l’immigration, les thématiques sociales et sociétales ont du mal à se faire entendre. Ce calcul politicien, lié à la droitisation du débat public, doit être combattu par les forces progressistes dont la FSU fait partie. Ni LR, ni LREM, ni le RN ne veulent d’un débat sur les questions sociales. L’éparpillement et la cacophonie à gauche permettent et renforcent cette course à l’échalote sécuritaire et réactionnaire.
La responsabilité syndicale est donc clairement engagée car seules les organisations syndicales, en manifestant et en appelant les travailleur·euses à faire grève, font entendre une autre musique. Ainsi, le 5 octobre, dans la rue, nous avons pu de nouveau dénoncer la réforme de l’assurance chômage, revendiquer une hausse des salaires et des pensions, défendre le système de retraites par répartition… Et l’argument perpétuel d’un état aux caisses vides ne tient plus face à l’importance des cadeaux gouvernementaux aux entreprises ou encore face au scandale des Pandora’s papers. Ce refus de l’impôt par les plus riches entraîne des ravages en terme de financement des Services Publics et de protection sociale.
Porter des alternatives économique, politique, sociale, écologique est nécessaire dans l’unité la plus large avec des revendications audibles. Remettre les attentes des travailleur·euses au centre des débats est possible si nous prenons la décision de les populariser, de les rendre visibles et de les défendre lors d’initiatives interprofessionnelles ou sectorielles mais aussi dans le cadre de collectifs comme « Plus jamais ça ».
Profitons aussi des élections internes pour faire entendre les revendications de la FSU auprès des syndiqué·es et appelons-les à voter très clairement pour l’Ecole Émancipée, attachée au syndicalisme de transformation sociale, aux luttes interpro et sectorielles et aux nécessaires mobilisations pour créer le rapport de force à même d’imposer d’autres politiques dans un monde d’après juste, écologique, féministe, luttant contre les discriminations…


Navigation

Recherche par thème

118/342
81/342
40/342
51/342
342/342
65/342
23/342
26/342
106/342
20/342
64/342
245/342
219/342