Grégory Bekhtari : Laïcité

mercredi 15 septembre 2021  |  par  École Émancipée  | 

Pour cette rentrée, nous n’avons pas pu échapper à un nouvel épisode d’instrumentalisation de la laïcité par le gouvernement et par Blanquer en particulier. La campagne d’affichage que l’on peut voir un peu partout a suscité la réprobation très largement, et celle de la FSU en particulier. Cette campagne repose sur de nombreux amalgames, joue sur des implicites ethniques et conforte des préjugés, disons-le, racistes, selon lesquels ce sont les élèves non blancs qui posent problème pour le vivre-ensemble. La laïcité, selon cette vision très problématique, serait alors la solution au prétendu « communautarisme » , voire au « séparatisme ». Car cette campagne, qui ne parle pas de laïcité, s’inscrit dans la continuité avec la loi dite « confortant le respect des principes républicains » dont elle est une forme de « petit précis illustré » pour l’école.

Elle vient aussi en complément à la suppression de l’Observatoire de la laïcité, qui était trop indépendant pour le gouvernement et refusait toute captation partisane de la laïcité. La FSU, avec d’autres associations, a dénoncé cette suppression. Mais elle peut aller plus loin, et s’associer directement à la Vigie de la laïcité, la nouvelle association créée par des dirigeants limogés de l’Observatoire et leurs partenaires pour résister à la propagande réactionnaire du gouvernement à ce sujet. Elle peut également participer à une contre-campagne, avec Vigie et d’autres syndicats, en partant notamment d’une analyse critique des documents d’accompagnement et du « Guide républicain » produits par le ministère. C’est d’autant plus important que la prochaine étape pour Blanquer est un renforcement de la formation initiale au sujet de la laïcité (ce qui dans l’idéal, pourrait être une bonne chose) mais une laïcité présentée comme une forme de catéchisme pour les élèves et d’idéologie officielle à observer sans discuter ni exercer d’esprit critique par les enseignant-es.

Cette instrumentalisation de la laïcité qui cible les élèves non blancs renvoie également à la question du racisme et du combat contre lui, qui doit être centrale dans les mois qui viennent, alors que la campagne présidentielle vient de commencer vraiment. Les « débats » nauséabonds qui saturent les médias et les réseaux sociaux ont fait resurgir entre autres l’antisémitisme dans les manifestations « antipasse/ antivax » de cet été, que des figures d’extrême droite comme Florian Philippot ont tenté de récupérer. La FSU a légitimement condamné cet antisémitisme odieux et participera à la manifestation du 19 septembre initiée par le RAAR pour le dénoncer dans la rue.

Alors que le polémiste néofasciste Eric Zemmour s’apprête à annoncer sa candidature à la présidentielle et a annoncé sa volonté de rétablir une loi de 1803 pour interdire aux parents de donner des prénoms soit disant « étrangers » à leurs enfants en France s’il venait à gagner les élections, l’expression raciste dans le débat public semble ne plus avoir de limite. Avec l’antisémitisme, l’islamophobie, la négrophobie, la romophobie et le racisme anti asiatique décomplexés doivent aussi être dénoncés dans la rue. La FSU peut et doit prendre toute sa place dans les cadres unitaires qui ne manqueront pas de se construire, comme elle le fait déjà pour les collectifs de défense des droits des migrant-es.


Navigation

Recherche par thème

118/342
81/342
40/342
51/342
342/342
65/342
23/342
26/342
106/342
20/342
64/342
245/342
219/342

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Sur le Web