Carlos Lopez : Pour un plan d’investissement à Marseille, une action fédérale

mercredi 15 septembre 2021  |  par  École Émancipée  | 

La semaine précédant l’arrivée du président Macron, Marseille avait reçu la visite d’Eric Dupont-Moretti, ministre de la justice. Celui-ci venant tambour battant annoncer que le problème de la délinquance à Marseille serait résolu grâce à la mise en place du Code de la Justice Pénale des Mineurs qui doit entrer en vigueur le 30 septembre prochain.
Or la justice des mineurs, la protection de l’enfance et la prévention spécialisée sont aujourd’hui dans un état désastreux !
Pour rappel, le tribunal pour enfants de Marseille (Cf article du Monde en date du 2 septembre 2021) vit une situation dramatique avec un sous effectif important en personnels (magistrat·es, greffier·es,etc...) mais aussi avec plus de 800 mesures (pénales et civiles) non exercées. Derrière cela, se trouvent des mineurs, des enfants non pris en charge ou suivis par les services éducatifs de la protection de l’enfance et de la PJJ. Loin d’être circonscrits à Marseille, d’autres tribunaux connaissent aussi de grandes difficultés, dont celui de Bobigny qui se trouve à quelques centaines de mètres du lieu de nos débats.
A cela s’ajoutent un état déplorable des établissements scolaire du 1er degré, des équipements sportifs tels que les piscines à l’abandon, des transports et des logements dans le même état ......
Face à cela, la FSU nous offre la possibilité de construire ensemble des mobilisations pour combattre ces politiques d’abandon des populations de Marseille et des autres territoires. Cela passe par la construction commune de nos revendications à partir de nos secteurs d’intervention : ensuite, le faire, le présenter au gouvernement, et le communiquer à la population. Afin d’éviter le morcellement et la division, nous devons nous atteler à porter et à faire connaitre notre contre- projet.
Pour la FSU est ses syndicats, la priorité est d’exiger pour tous les territoires un plan pour l’éducation qui devra se décliner dans tous les secteurs éducatifs, ceci afin de répondre aux besoins de la jeunesse, notamment la plus en difficulté. Tous les services publics de l’éducation, de la jeunesse, du sport et de protection de l’enfance et de la justice des mineur·es doivent être renforcés pour répondre à tous les besoins et résorber toutes les inégalités sociales et territoriales.


Navigation

Recherche par thème

118/342
81/342
40/342
51/342
342/342
65/342
23/342
26/342
106/342
20/342
64/342
245/342
219/342

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Sur le Web