Altermondialisme : Quand ATTAC tique...

samedi 21 octobre 2006  |  par  ÉÉ Revue  | 

L’impensable est arrivé en juin lors de l’élection au conseil d’administration d’ATTAC : une fraude électorale au profit du président sortant, Jacques Nikonoff, et des candidats qui le soutenaient !
Un coup terrible pour l’association, qui affecte aussi l’ensemble du mouvement social…

À la lecture du rapport des statisticiens indépendants qui ont enquêté sur les « anomalies » révélées lors du dépouillement, la fraude est avérée : « les écarts enregistrés n’auraient pas été possibles sans l’intervention de quelque “main invisible”… et ces écarts ont effectivement faussé le résultat du scrutin » donnant une majorité à la liste du président...

La révélation de ce coup a provoqué une « fracture éthique » dans l’association dont le climat interne était déjà suffisamment alourdi. ATTAC a donc besoin d’un sursaut moral, tout autant que politique, ce qui suppose que les faits soient reconnus.
Or, la fraude continue d’être niée ou atténuée par un certain nombre d’élu-es au CA qui parlent de « contentieux électoral » ou « d’hypothèse de manipulation »… !

Alors, est-il possible d’éviter la cassure irrémédiable, de sortir d’une telle crise ?

Tout dépend du débat politique qui va être mené dans les prochaines semaines et des nouvelles élections prévues en décembre. JPEG - 12.5 ko

Sur le fond politique – dont la question de la démocratie et du respect du vote des adhérents n’est guère séparable – les termes du débat se sont éclaircis ces derniers mois.

Pour l’essentiel, les divergences ont trait à la nature de l’association.
A l’origine d’ATTAC, il y a la prise de conscience de la globalité des enjeux politiques qu’entraîne la mondialisation libérale et l’essor du mouvement de contestation de cette mondialisation qui s’appellera le mouvement alter-mondialiste.

Sa création a rassemblé des personnalités dont l’équipe du Monde diplomatique autour de Bernard Cassen et des organisations du mouvement social dont une forte composante syndicale (CGT, FSU, Solidaires).

Et puis, les comités locaux ont essaimé. ATTAC est donc une construction originale, à la fois une association d’adhérents individuels, un conseil scientifique et des « membres fondateurs » – syndicats, associations de développement, associations féministes, mouvement des « sans », mouvements écologistes, de l’économie sociale et solidaire, journaux, etc. –regroupés en un « collège ».
ATTAC est ainsi un lieu où s’élaborent des analyses, des résistances et des alternatives, à partir de postures au départ différentes.


Documents joints

Altermondialisme : Quand ATTAC tique...
Altermondialisme : Quand ATTAC tique...

Navigation par Thèmes