Bordeaux, point fort de la mobilisation et de la lutte unitaire contre la répression

mercredi 20 février 2019  |  par  École Émancipée  | 

Dès le 24 novembre, après une manifestation de plusieurs milliers, des incidents éclatent en fin de manifestation des Gilets jaunes et on voit une grande détermination des manifestant-es qui, s’ils/elles ne prennent pas des pavés, restent sur place, malgré les gazages, afin de montrer qu’ils refusent de se dissoudre. Le 1er décembre, bon nombre de manifestant-es arrivent « équipé-es » aux manifestations du samedi (masques de protection, parfois masques à gaz, casques, sérum bien sûr), y compris des personnes âgées, tandis que des équipes de volontaires de « street-medic » font leur apparition (ils sont aujourd’hui une bonne cinquantaine).

La police utilise des dispositifs de contrôle aux entrées de la ville : on arrête certaines voitures aux péages autoroutiers, les manifestant-es qui viennent de la rive droite (quartiers populaires) sont fouillé-es et délesté-es de toutes leurs protections… s’ils/elles veulent pouvoir passer. La riposte policière a gagné en mobilité depuis le 1er décembre. Montée en puissance de la BAC et des tirs de LBD40, apparition depuis janvier de brigades motorisées.

Le nombre de blessé-es sur Bordeaux est impressionnant depuis novembre. Le samedi 12 janvier, une étape est franchie, puisqu’un manifestant, père de famille, pompier volontaire à Bazas est resté sur le carreau après un tir de LBD dans son dos, sans doute au niveau de la tête : hémorragie cérébrale. Opéré, il est resté quatre jours dans le coma, sans qu’on sache encore quelles seront les séquelles. À ce jour, on a comptabilisé dix blessé-es très graves en Gironde, avec énucléation, ablation d’un testicule, mains arrachées (deux), joue, nez ou mâchoire arrachés. La venue de Laurent Nunez à Bordeaux début janvier et les déclarations du ministre Castaner n’ont fait que durcir les dispositifs de répression sur Bordeaux et la politique sécuritaire du préfet.

La lutte pour les libertés démocratiques

La FSU33 a depuis longtemps tissé des liens avec la Ligue des Droits de l’Homme et d’autres associations et syndicats dans le cadre d’un collectif contre l’état d’urgence. En liaison avec des avocats du Syndicat des Avocats de France, des formations d’observateurs/trices ont eu lieu, ces derniers/ères devant ensuite pouvoir dans les manifestations, filmer, recueillir des témoignages, pour interpeller la préfecture, voire accompagner des plaintes en justice. Ce collectif, qui a pris le nom d’Observatoire Girondin des Libertés Publiques, a écrit deux lettres publiques au préfet de Gironde depuis décembre et envoie des communiqués de presse.

C’est dans ce contexte, et fort de ce travail en commun, qu’a pu être montée en trois jours une conférence de presse, le 13 janvier, sur le parvis des Droits de l’Homme, appelée ce coup-ci par la FSU, l’UD-CGT, Solidaires 33, de nombreuses associations et la totalité des partis de gauche du département. Elle a été très bien relayée dans les médias locaux où l’on interpellait publiquement le préfet, afin que l’irréparable ne se produise pas le lendemain et qu’il adopte une politique de désescalade. Parallèlement, le SAF a mis en place un pool d’avocat-es pour assister les gardé-es à vue. Les 49 interpellations sur Bordeaux le 14 janvier (42 à Paris et 24 à Toulouse !) laissaient prévoir en effet un grand nombre de gardes à vue. Enfin, une association avec les victimes des violences policières et leurs proches doit se mettre en place.

François Richard


Navigation par Thèmes