Écris-moi des portraits

mercredi 30 janvier 2019  |  par  École Émancipée  | 

« L’histoire des femmes a changé. Dans ses objets, ses points de vue. Elle est partie d’une histoire du corps et des rôles privés pour aller vers une histoire des femmes dans l’espace public de la Cité, du travail, de la politique, de la guerre, de la création. » Michelle Perrot, Mon histoire des femmes

« Les vainqueurs écrivent le roman de l’Histoire. Ils édifient un récit excluant celles et ceux qui ont perdu, transmettent une information partielle qui devient ensuite une vérité. » Collectif Georgette Sand

Dessinée, écrite, l’histoire mal connue et peu apprise des femmes, de femmes, se raconte sur le modèle de portraits. Les « Culottées » de Pénélope Bagieu ne sont pas seules !

Une page, un dessin, une femme

Deux ouvrages pour les enfants et adolescent-es reprennent, chacun dans leur choix éditorial, un défilement de portraits dans l’ordre chronologique.

Dans 100 grandes femmes de l’histoire, le choix est fait de présenter et faire connaître des femmes sans parti pris, des femmes pas forcément féministes. L’ouvrage, petite encyclopédie illustrée dont le graphisme se rapproche des codes de certains dessins animés, se contente, mais de façon ludique, de « faire les présentations », de Louise Michel à Marie Antoinette mais aussi de la suffragette Emily Davison. Il conviendra aux plus petit-es jusqu’au collège. Dures à cuire porte bien son nom ? Cette bande dessinée choisit de présenter des femmes agissantes, pas toujours dans le bon sens (Margaret Thatcher), avec un graphisme plus encré et sombre.

Dans ces deux ouvrages, qui finalement se complètent, on découvre des portraits de femmes asiatiques, scandinaves, autochtones, rares dans les ouvrages féministes (Wu Zétian, Freydis Airiksdottir femme viking, Mary Read et Ching Shih femmes pirates, Sacagawea, femme indienne), celles qui sortent des sentiers battus (l’exploratrice Alexandra David Neel ou l’alpiniste Junko Tabei) ou s’envolent au sens premier du terme (Amelia Earhart). On y (re)découvre Nzinga de Ndongo, reine d’Angola, Nora Hildebrandt (tatouée entièrement par son père et exhibée au cirque), Elen West et ses troubles alimentaires, la résistante Sophie Scholl ou la militante anti pornographie Linda Lovelace.

Plutôt pour les plus grand-es, Ni vues ni connues a pris le parti de portraits par thématiques. Préfacé par l’historienne Michelle Perrot, cette galerie de portraits fouillés passe des militantes aux artistes, femmes de pouvoir, aventurières, intellectuelles, scientifiques. La présentation, plus écrite et militante, est approfondie en seulement deux pages et invite à la connaissance d’autres femmes à la fin de chaque article.

On retiendra que le portrait de la grande Malala Yousafzai termine deux livres sur trois, ce qui doit nous rappeler que l’histoire des femmes se construit grâce aux jeunes femmes qui ont eu le courage de dire non.

Ingrid Darroman

✓ 100 grandes femmes de l’histoire, Quelle histoire, 20 €

✓ Till Lukat, Dures à cuire, éditions Cambourakis, 15 €

✓ Collectif Georgette Sand, Ni vues ni connues, Editions Hugo et Compagnie, 17 €


Navigation par Thèmes