intervention Antoine VIGOT motion extrême droite

vendredi 13 avril 2018  |  par  ÉÉ-SNES  | 

Intervention pour L’École Émancipée sur la lutte contre l’extrême droite Des États-Unis, en passant par Israël jusqu’aux pays du vieux continent, « le fond de l’air est brun », comme l’ont montré les récents progrès électoraux de l’extrême droite en Allemagne ou en Italie par exemple. En France, le 22 avril 2017, l’extrême droite est arrivée pour la seconde fois au second tour de l’élection présidentielle : elle a consolidé sa place dans le paysage politique français. Ce serait une erreur de minorer son poids politique et idéologique. D’autant que son ascension électorale se double du développement de groupuscules fascistes identitaires, comme le Bastion social ou le groupe EdelweiSS à Chambéry qui s’organisent comme le montre leur implantation endémique dans les villes du Sud-Est et leurs actions violentes concertées contre la jeunesse mobilisée dans les lycées et les universités, entre autres à Montpellier, Strasbourg ou Paris récemment. Il n’y a pas de désaccord entre-nous sur l’opposition absolue à l’extrême droite, mais peut-être davantage des nuances d’appréciation sur sa dynamique et la tactique à adopter pour la contrer. Pour L’École Émancipée, il est urgent d’amplifier le combat contre ces idées et les politiques qu’elles inspirent et de replacer l’antifascisme au cœur de notre combat syndical. D’autant que l’extrême droite tente d’investir le champ de l’antiracisme comme l’ont montré les tentatives récentes de détournement du vocabulaire : assimiler l’indispensable critique de l’État colonial israélien à de l’antisémitisme ou la théorie souvent développée du racisme inversé, le prétendu « racisme anti-blanc ». Face à de telles entreprises confusionnistes, le SNES, peut participer avec d’autres à impulser la lutte contre l’extrême droite et ses idées.
- en développant une campagne antifasciste de masse pour déconstruire les argumentaires de l’extrême droite. Dans la construction de cette campagne, le SNES, en lien avec la FSU cherchera à associer largement les autres organisations syndicales et les associations, y compris VISA, dont on ne saurait se priver de l’expertise reconnue pour des raisons bureaucratiques.
- En organisant une campagne de formation nationale sur cette question, déclinée dans les académies.
- En s’engageant au côté des victimes de discrimination et de racisme
- En développant une réflexion pratique, en lien avec la FSU, sur les mesures à prendre pour que nous nous dotions d’un outil militant, y compris dans les académies, permettant d’assurer la sécurité de nos manifestations publiques Pour paraphraser Victor Serge, « s’il est minuit moins quart » dans ce XXIe siècle débutant, portons plus haut la flamme qui repoussera les ténèbres fascistes. No Pasaran !


Navigation par Thèmes

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur