Intervention de Gilbert DUMAS EE-Lyon sur la protection sociale (th. 3)

mercredi 28 mars 2018  |  par  ÉÉ-SNES  | 

Notre congrès a beaucoup avancé sur la Sécurité sociale. Nous nous prononçons pour une Sécurité sociale à 100% pour la première fois. Notre congrès analyse aussi avec justesse que la MGEN, notre MGEN, par des taux de cotisation différents, selon l’âge, le statut, la prestation offerte rompt avec le principe de solidarité générationnelle et s’adapte au monde de la concurrence. Car notre MGEN, c’est ça, notre médaillé d’or, Martin Fourcade, qu’on met en avant pour recruter des adhérents face aux assurances privées, abusivement appelées mutuelles. Notre mutuelle ce sont aussi des décisions qui sont prises sans consultation des adhérents, avec des administrateurs élus à la soviétique et dont on ne connaît pas les orientations. Même si la MGEN ce n’est pas AXA car il n’y a pas de bénéfices distribués aux actionnaires, comme le dit le texte, on ne voit plus bien la différence entre les assurances privées et la MGEN. La loi de référencement a permis de faire entrer l’assurance privée sur ce qui devient un marché des soins de santé. Les complémentaires sont un cheval de Troie contre le remboursement des soins à 100% par la Sécu. L’obligation de la complémentaire, envisagée par Macron, va amplifier le remboursement à deux vitesses, avec une part de plus en plus importante accordée aux assurances privées qui se contrefichent de la solidarité inter-générationnelle, notamment vis-à-vis des personnes en perte d’autonomie. Alors, allons jusqu’au bout pour une Sécu à 100%. Intégrons la MGEN et les mutuelles dans la Sécurité sociale avec tous ses personnels qui continueront à faire de la prévention et gérer les centres de santé. Et laissons le roi nu. D’un côté, il y aura la Sécu à 100%, de l’autre, des machines à fric. Ce sera plus clair pour toutes et tous.


Navigation par Thèmes

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur