Adhérents du SNES : Elections internes, votez éé !

Du 2 au 26 mai 2016 : participez activement au vote dans vos établissements, ou par correspondance
dimanche 8 mai 2016  |  par  ÉÉ-SNES  | 

Le SNES organise le vote du 2 au 26 mai le vote qui renouvelle les instances internes du syndicat : CA nationale, et dans de très nombreuses académies CA académique également (voire élection des bureaux départementaux). C’est un moment décisif pour l’École Émancipée.

  • Les S1 de plus de 5 syndiqué-es organisent le vote dans l’établissement
  • Les S1 de moins de 5 syndiqués, les TZR, les retraités sont considérés comme « isolés » et donc votent par correspondance, ce pour quoi ils reçoivent le matériel chez eux. Ils doivent donc renvoyer leur vote au S3 sous double enveloppe.
PNG - 161.4 ko
  • Si vous organisez le vote dans l’établissement, vous devez recevoir du SNES académique ou départemental la liste des votant-es, et le bulletin de vote (Attention le bulletin de vote envoyé par le S4 dans le courrier aux S1 peut ne pas convenir à votre cas, car il n’a que la partie nationale. Donc bien reprendre le matériel envoyé par le SNES local). Peuvent voter au scrutin tous les syndiqué-es au jour du vote (soit au 2 mai à condition que le S3 ait bien enregistré la cotisation pour ce jour là). Vous devez donc bien vérifier que vous avez reçu le courrier du S1 avec ces documents, faire le point de la liste des votant-es (disponible sur l’espace adhérent du SNES pour les secrétaires de S1 ou les correspondants de S1) ; si par exemple un-e collègue de votre établissement est en congé maladie ou formation etc… il faut lui envoyer le matériel pour qu’il/elle vous renvoie son vote par correspondance. Si vous avez de nouveaux adhérent-es il faut vérifier qu’ils apparaissent bien sur la liste de votant-es. Si vous n’êtes pas secrétaire / correspondant de votre S1, exigez de celui-ci/celle-ci qu’elle/il organise le vote. En cas de doute sur la liste d’émargement, contactez l’équipe académique. Normalement vous ne pouvez ajouter aucun nom sur cette liste, sauf en accord avec le S3. Si vous rajoutez un nom qui s’avère ne pas être adhérent dans les temps, ou bien a déjà voté par correspondance, cela peut invalider le vote du S1 tout entier.
  • Pour les équipes académiques : pensez à dresser la liste des sympathisants de l’EE qui doivent voter par correspondance car isolés. Il faut les relancer individuellement et vérifier régulièrement les enveloppes qui sont arrivées au local.
  • Vous trouverez ci-dessous et en pièce-jointe (voir tableau ci-dessous) un appel à voter pour l’EE que vous pouvez utiliser, en particulier si vous n’avez pas déjà d’appel académique. Vous trouverez aussi une note utilisable dans les S1 (à condition de l’adapter à votre situation) pour expliquer aux collègues comment voter.

Bon courage et bonne campagne à toutes et tous.

L’équipe nationale EE-SNES.

L’appel au vote (ci-dessous) et en 2 formats
À imprimer : À modifier :
PDF - 217.8 ko
Appel au vote école émancipée, élections internes du SNES 2016 (national)
RTF - 16.4 ko
Appel au vote école émancipée, élections internes du SNES 2016 (à éditer)

Regarde ta Rolex et saute sur ton Solex, c’est l’heure de la révolte !

Les régressions initiées par la droite se poursuivent. Dans ce cadre la « nouvelle école capitaliste », s’applique à transformer chaque élève en employé-e efficace et en citoyen-ne obéissant-e. En votant pour les listes école émancipée vous contribuerez à combattre résolument ces politiques.

La lutte contre la réforme du collège menée avec détermination par le Snes Fsu montre malgré tout qu’il peine à définir les contours de son projet de démocratisation de l’école. En découlent des difficultés à clarifier le sens de la mobilisation auprès du grand public et ainsi à fédérer tous les personnels, les parents d’élèves dans la lutte.

Contre l’école du tri social, pour une école commune de la maternelle au bac !

L’actualité montre chaque jour l’urgence de réinventer un avenir différent. L’École Émancipée se bat pour une société solidaire, débarrassée de l’exploitation et de toutes les formes d’oppression. Cet horizon inclut un projet d’école égalitaire, qui, par un haut niveau de culture scolaire, contribue au contrôle démocratique par les générations à venir des puissances qui dominent injustement nos sociétés. La suppression de tous les instruments du tri social est nécessaire qui construisent les palmarès et scellent les destins scolaires : l’évaluation classificatoire qui catégorise les élèves, la traçabilité numérique au service d’un socle dont les compétences se centrent sur les tâches contre les savoirs et cette orientation qui répond davantage aux intérêts du patronat qu’à ceux des jeunes doivent être dénoncés. La structuration du lycée en trois voies socialement hiérarchisées conditionne l’école tout entière en produisant des renoncements dès l’école primaire. Il est urgent d’unifier les voies du lycée et de porter la scolarité obligatoire à 18 ans. Il faut développer la diversité des pratiques pour la formation de capacités de réflexion et d’analyse dans le cadre de disciplines débarrassées du moralisme et de l’utilitarisme. Cela implique également la nationalisation laïque de l’école privée.

Un projet émancipateur pour les enseignant-e-s aussi !

Chaque réforme limite toujours plus l’autonomie professionnelle et impose des « bonnes pratiques ». Il faut transformer nos métiers par l’unification des corps et la mise en place d’une vraie formation liée à la recherche. Le travail collectif doit se débarrasser des hiérarchies. Les abus de pouvoirs des chefs et des inspecteurs doivent cesser comme le développement des hiérarchies intermédiaires (entre autres le conseil pédagogique). Mettre fin à la précarité par la titularisation immédiate et sans condition des personnels précaires est aussi un impératif.

Sortir de l’isolement et soutenir les luttes

Le SNES-FSU doit renoncer à son approche catégorielle des luttes et faire le lien avec celles des autres salariés. Les attaques font partie d’un ensemble cohérent : c’est pourquoi le cadre fédéral doit être investi avec conviction, en faveur de la convergence des luttes, pour la défense des services publics et une société plus solidaire. Cela commence par cesser de prendre un moindre mal pour un bien. Négocier ne doit être qu’un appui des luttes et sur la base d’avancées pour les personnels : réduction du temps de travail et augmentation des salaires en premier lieu.

Contre la loi El Khomri !

La loi Travail s’inscrit dans une série de contre-réformes libérales (CICE, Pacte de responsabilité, loi Macron). L’unité syndicale des organisations du privé, du public et de la jeunesse y est exemplaire. Face à la cohérence des attaques qui cherchent à isoler les travailleur-euses, la seule riposte adéquate est inter-professionnelle. Le gouvernement, qui le sait, cherche à diviser : la lutte de la jeunesse et de nuit debout ! et celle des syndicalistes salariés. Le développement des grèves, des occupations, des assemblées doit se poursuivre dans l’unité la plus large.

Faire sauter les entraves à l’expression des révoltes

L’exploitation des attentats par le pouvoir renforce l’arsenal sécuritaire. Il accélère la restriction des droits démocratiques et des droits sociaux. La lutte contre l’État d’urgence permanent est indissociable des autres revendications : le SNES-FSU doit rejoindre les collectifs « Nous ne céderons pas » et s’engager par ailleurs pour la levée de toutes les sanctions qui visent les travailleur-euses en lutte (Air France, Goodyear) et contre la répression policière de la jeunesse. De même L’École Émancipée revendique la régularisation immédiate de tous les sans-papiers, l’accueil de tous les réfugié-es et le droit de vote et d’éligibilité des étranger-es à toutes les élections.

Pour un syndicalisme démocratique, pluraliste et féministe L’action syndicale est difficile, aussi il faut plus que jamais veiller à ce que le syndicat soit un lieu ouvert, riche de débats. A ce titre, l’École Émancipée défend le pluralisme au sein du SNES-FSU avec une expression régulière des tendances dans ses publications et la rotation des mandats dans les exécutifs. Enfin, le syndicat doit être exemplaire pour l’égalité hommes-femmes qu’il revendique dans la société : l’École Émancipée continue ainsi de revendiquer la parité dans les instances syndicales.

Votez et faites voter École Émancipée !

Diffusez cet appel !


Navigation par Thèmes

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur