Howard Zinn (1922 - 2010)

jeudi 19 mars 2015  |  par  ÉÉ Revue  | 

Avant de devenir un historien et d’enseigner sa discipline à la Boston University, Howard Zinn a été tour à tour docker, bombardier, cantonnier et manutentionnaire.

Militant de la première heure du mouvement pour les droits civiques et engagé contre toutes les guerres impérialistes de son pays, les États-Unis, il a marqué ses travaux du sceau de l’alliance féconde de son métier et de son engagement.

Une des thèses qui traverse son travail est la suivante : les grands progrès de la société doivent beaucoup à l’engagement citoyen de millions d’anonymes.
Son « Histoire populaire des États-Unis » était déjà une brillante illustration de cette histoire qui se fait par en bas. Il a permis à un grand nombre d’Américain-es de se considérer comme des acteurs de l’Histoire.

« Se révolter si nécessaire » est un recueil de textes couvrant la période de 1962 à 2009.
Dans l’un d’eux « Nouveaux abolitionnistes et stratégie d’action », il propose une analyse du rôle joué par les mouvements abolitionnistes radicaux et l’influence qu’ils ont eue sur les décisions et compromis d’un Abraham Lincoln.

Dans son discours aux archivistes « Archives, secret défense et intérêt public », il met le doigt sur la contradiction latente entre le rôle social assigné à toute profession et les enjeux politiques, démocratiques et éthiques.

Ce rôle citoyen, cette pensée critique, H. Zinn l’applique à sa discipline en particulier en s’en prenant à trois grand mythes américains : la guerre d’indépendance de 1776, la guerre de Sécession et la Seconde guerre mondiale, ou encore à une figure comme celle de Christophe Colomb.

Le dernier texte de ce recueil, qui donne son titre à l’ouvrage, date de 2009. Il y rappelle son opposition à l’intervention américaine en Irak.
Il y trace aussi les limites d’Obama : « Un fil commun traverse toute l’histoire des États-Unis, fil que tous les présidents ont suivi, qu’ils soient républicains, démo­crates, libéraux ou conservateurs. Il est fait de deux éléments : un le nationalisme ; deux le capitalisme. Et Obama est encore prisonnier de ce double héritage. » ●

Jean Philippe Gadier

« Se révolter si nécessaire »
d’Howard Zinn 26 € édition Agone
« Mémoires sociales »


Navigation par Thèmes