Un gouvernement aux ordres du MEDEF et de la droite réactionnaire homophobe.

mardi 11 février 2014  |  par  École Émancipée  | 

  • Sur le terrain social, le MEDEF fait la loi  :

Le président du MEDEF ne cache pas sa satisfaction. Avec le pacte de responsabilité, le gouvernement répond à ses revendications  : la suppression des cotisations patronales destinées à financer les allocations familiales - nouveau cadeau de 30 milliards d’euros - et une réduction des dépenses publiques de 50 milliards. Ces cadeaux viennent s’ajouter aux 200 milliards déjà accordés ces 30 dernières années. La conséquence ? de nouvelles attaques prévisibles contre les services publics. La justification  ? améliorer la compétitivité des entreprises pour leur permettre d’embaucher. Le résultat réel ? 5 millions de chômeurs, le montant des dividendes aux actionnaires multiplié par 20 en trente ans et une répartition des richesses déplorable. Les 10% des ménages les plus riches détiennent 48% du patrimoine et les 50% de ménages les moins riches en possèdent 7%.

  • Sur la politique familiale, ce sont les réacs homophobes qui tiennent le haut du pavé  :

La loi « famille  » était déjà fort limitée puisque la revendication de l’accès à la PMA (procréation médicalement assistée) pour toutes les femmes n’y figurait même pas. Pourtant le gouvernement s’apprêtait à céder aux plus rétrogrades en repoussant la loi, en renonçant aux quelques mesures progressistes qu’elle comportait (pré-majorité à 16 ans, reconnaissance d’un statut pour les beaux parents). Chacune des reculades face à la droite et l’extrême droite, encourage un peu plus leur offensive. Ne cédons rien sur l’égalité des droits, le droit de choisir sa vie, sa sexualité, d’avoir on non des enfants… Comme des milliers de manifestant-e-s l’ont fait samedi dernier en défense du droit à l’avortement et en solidarité avec le combat des femmes espagnoles contre la loi de Rajoy pénalisant à nouveau l’IVG. Quand le nouveau tsar Poutine règne avec ses lois homophobes sur les jeux de Sotchi, ce n’est pas le moment, ici, de lâcher du terrain aux fachos  !


Navigation par Thèmes