Dossier « Syndicalisme : des choix à faire... »

dimanche 19 mai 2013  |  par  ÉÉ Revue  | 

AVANCER…

De l’ANI à la conférence sociale de juin, on ne peut pas dire que les revendications des salarié-es soient au goût du jour pour le gouvernement et le MEDEF ! Face à ces offensives sans précédent, en pleine crise économique, le mouvement syndical français oscille entre paralysie et complicité. La presse fait état de contacts renoués entre CGT et CFDT, prémisses d’un nouveau pas de 2 à caractère exclusif ? Il est certes nécessaire de chercher à réaliser l’unité la plus large pour s’opposer le plus efficacement possible aux plans de régressions sociales. Mais en même temps, impossible de nier qu’il y a 2 lignes qui traversent le mouvement syndical français. Et cela s’est traduit dans la signature de l’ANI ! Une ligne d’accompagnement des politiques libérales a clairement rassemblé les signataires CFDT, CGC, CFTC appuyés par l’UNSA. CGT, FO, appuyées par Solidaires et la FSU, ont marqué leur refus d’une telle logique. Si on met le cas de FO à part car traversée de trop d’ambiguïtés, il existe une ligne de transformation sociale s’appuyant sur les rapports de forces conflictuels, qui trouve son expression dans le syndicalisme de la CGT, de la FSU et de Solidaires. C’est pourquoi d’ailleurs le congrès de la FSU a fait des propositions pour chercher à rassembler plus structurellement ce syndicalisme, sans pour autant renoncer à l’unité d’action la plus large. Dans la confrontation entre les 2 lignes existantes au sein du syndicalisme français, il faut travailler d’arrache pied à l’unité et au renforcement du syndicalisme de lutte et de transformation sociale ! En commençant par une pratique unitaire entre les 3 organisations concernées. Ce dossier avance des éléments pour cette démarche, avec des contributions « extérieures » à la FSU, mais fortement intéressées…

Laurent Zappi


Navigation par Thèmes