Trois font un, des syndicats FSU en fusion

vendredi 18 mai 2012  |  par  ÉÉ Revue  | 

Du 27 au 29 avril dernier, à Dinard, trois syndicats FSU décidaient de se dissoudre. Un choix bien peu courant. Mais, c’était pour créer ensemble le SNUITAM, nouveau syndicat FSU issu de la fusion du SUP-Equip’, du SNAMER, du SYGMA, afin de répondre aux enjeux interministériels qui se développent dans la Fonction publique de l’Etat.

Le syndicat ainsi créé couvre les services du MEDDTL(1), ceux du MAAPRAT(2) ainsi que les directions départementales interministérielles dans lesquelles se retrouvent les agents de ces deux ministères. Compliqué de trouver un nom simple pour un ensemble aussi large. Le congrès a finalement retenu Syndicat National Unitaire Interministériel et les domaines d’interventions Territoires, Agriculture et Mer pour composer le SNUITAM-FSU.
Ce congrès a pris la forme peu commune d’une succession de séances plénières pour débattre des textes fondateurs avec les amendements présentés par les sections et de séances séparées par syndicat d’origine pour les votes, selon leurs règles propres. Au terme de ce processus d’échanges et au vu du constat du large accord des 120 délé­gué/es, chaque syndicat a décidé de se dissoudre et de mandater une délégation pour clôturer ces trois jours par la création du SNUITAM avec adoption de ses statuts et de ses textes fondateurs (orientation, organisation,…).
Il faut dire que cette fusion marque l’aboutissement d’une étroite coopération entre des syndicats dont les adhérent/es se retrouvent dans les mêmes directions départementales des territoires (et de la mer), quelque soient leurs statuts. Cette réalité a déjà conduit à des mobilisations pour l’égalité des régimes indemnitaires de la filière administrative. Elle a permis, en alliance avec la CGT, une présence à la CAP des ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF) dont le statut interministériel sert souvent de référence aux réflexions gouvernementales. Elle s’est aussi traduite par un appel commun en février à la grève intersyndicale des ingénieurs des deux ministères contre un projet de fusion de cinq corps d’ingénieurs des travaux remettant en cause métiers et carrières.

Accroître l’efficacité syndicale

De plus en plus souvent, les deux ministères coordonnent leurs conceptions destructrices de « gestion des ressources humaines » et les syndicats ne peuvent plus agir de manière isolée. La transformation des directions départementales en services interministériels sous la coupe des préfets et, au niveau national, du secrétariat général du gouvernement impose aussi une meilleure coordination des actions syndicales. Dans ce domaine, le SNUITAM se veut un outil pour accroître l’efficacité de l’intervention syndicale avec tous les syndicats FSU présents dans les préfectures et les DDI.
Le syndicat s’engage à défendre le service public, l’emploi, les salaires et les statuts, contre la RGPP et toute politique de réduction des effectifs et de division des personnels. Il revendique que l’Etat joue tout son rôle de garant des égalités territoriales, entend porter les valeurs de la FSU et développer son audience dans tous les services. Il réaffirme sa volonté de développer l’unité syndicale, l’unité d’action des personnels et la perspective d’une fusion avec le SNE (environnement), autre syndicat FSU au MEDDTL. Le congrès s’est con­clu par l’élection d’un bureau national qui comporte des militant-es issue-es des trois syndicats d’origine avec une représentation des différents secteurs du SNUITAM. Pour conclure ce congrès qui fera date, les délégué-es se sont quitté-es en se promettant de porter la dynamique de ce projet partagé par toutes et tous, dès le lendemain, dans leurs services.

Hervé Vullion

1) MAAPRAT : ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire
2) MEDDTL : ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement.

Histoire de sigle
Sup-Equip’ : syndicat unitaire des personnels de l’équipement.
SNAMER : syndicat national autonome des personnels de l’administration chargée de la mer.
SYGMA : syndicat général du ministère de l’agriculture.
SNE : syndicat national de l’environnement.


Mayotte et la catégorie C

Le congrès, en adoptant une motion sur les C administratifs, fixait une priorité au syndicat pour la défense des adjoints administratifs (catégorie C) confronté/es dans les deux ministères à la politique de division (PFR, prime au mérite, et 8ème échelon accessible « au choix »). Les adhérent-e-s de Mayotte étaient représenté-e-s au congrès. Une motion d’actualité apportait son soutien aux agents des services publics de Mayotte en lutte pour l’indexation des salaires et, dans le cadre de la départementalisation, la reprise d’ancienneté de tous les agents, la sortie du décret pour les retraites et l’intégration dans les corps de la Fonction publique de l’Etat de tous les agents du corps transitoire.


Navigation par Thèmes