Contribution ÉÉ-PSO en vue du congrès du Mans

samedi 24 mars 2012  |  par  ÉÉ-PSO SNESUP  | 

Pour un congrès qui ne soit pas un rendez-vous manqué !

Ce congrès d’étude du SNESUP va se tenir en pleine période de renouvellement du gouvernement de l’État, dans un contexte international de crise économique et écologique amplifiées par des politiques s’inspirant de la stratégie du choc pour déréglementer et abolir les systèmes de protection sociale. La marchandisation du monde et du vivant devient le seul objectif. L’enseignement supérieur et la recherche sont désormais considérés non comme un bien commun relevant du service public, mais comme des secteurs à rentabiliser au profit d’intérêts privés en mal de dividendes.

L’appel du SNESUP « Pour une rupture profonde et des mesures d’urgence » proclame notre volonté unanime de voir abroger la loi LRU, la mastérisation et les autres réformes néolibérales (ANR, initiatives d’excellence, etc.) visant à imposer les « lois du marché » dans l’enseignement supérieur et la recherche. Nous attendons de ce congrès qu’il donne un contenu précis à ces revendications et participe à la construction d’un rapport de forces favorable face au futur gouvernement.

Pour que le congrès réponde à cet enjeu, un travail de fond de tous les secteurs d’activité du SNESUP et la participation sans exclusive de tous leurs militants sont nécessaires. Ces deux conditions sont loin d’être remplies. En effet, les secteurs ont pour la plupart bien de la peine à fonctionner et les bonnes volontés non issues du courant majoritaire sont souvent exclues de la préparation du congrès. Dès lors, il est à craindre que les documents de travail ne répondent pas aux attentes de synthèse des syndiqués.

Pourtant le SNESUP sera confronté très rapidement à plusieurs questions majeures sur lesquelles il devrait, selon nous, se positionner dès le congrès d’étude :
- Contre l’augmentation des droits d’inscription défendue par la CPU et autres « think-tanks » ;
- Pour une résorption totale de la précarité dans l’ESR, que le nouveau dispositif législatif et réglementaire ne résout évidemment pas ;
- Contre la mise en place de l’évaluation quadriennale des enseignants-chercheurs voulue par le ministère et les présidents ; au vu de l’importance de cette question et de ses retombées négatives probables pour les enseignants-chercheurs, le congrès d’étude doit permettre de préciser le mandat du SNESUP défini en commission administrative le 28 janvier 2010 (par 26 voix pour et 7 abstentions) de « l’évaluation formative » comme outil de lutte face à l’évaluation quantitative. En déclarant ce mandat intouchable, la majorité AS semble préférer tourner le dos à ce qu’expriment les collègues dans les établissements et les membres de nombreuses sections du CNU ;
- Pour une réforme de la formation des enseignants rompant radicalement avec la mastérisation et rétablissant une année de stage rémunérée articulant formation et premiers pas dans le métier ;
- Contre la déstructuration des établissements d’enseignements supérieur et de recherche qui résulte non seulement de l’accélération des fusions sous statuts divers des universités, mais aussi de la mise en place de “nouvelles gouvernances” dans le cadre des projets « en eX ».

S’il est indispensable de réfléchir à des propositions techniques en complément des mesures réclamées dans l’appel du SNESUP, il est tout aussi urgent d’informer et mobiliser nos collègues, car nous serons de toute façon bien incapables de faire valoir nos propositions sans rapport de force pré-existant, et celui-ci se construit d’abord de façon unitaire avec les collègues et les étudiants sur des questions qui les concernent au premier chef.

Nous serons donc vigilants à ce que ces questions ne soient pas escamotées dans les débats du congrès, et conduisent à des positions claires, permettant de renouveler la confiance des collègues dans la capacité de notre organisation syndicale à les représenter et défendre une vision partagée de nos métiers et missions.

Pour en savoir plus sur les propositions de la tendance École Émancipée - Pour un Syndicalisme offensif, vous pouvez consulter le site www.ecoleemancipee.org et en particulier la rubrique Syndicats Nationaux>SNESUP>Instances du SNESUP


Les autres articles de cette rubrique

  • Contribution ÉÉ-PSO en vue du congrès du Mans

Navigation par Thèmes

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur