Contre l’école libérale, grève le 15 décembre !

Au bal des requins, les financiers mènent la danse !
mercredi 14 décembre 2011  |  par  École Émancipée  | 

Tract téléchargeable en bas de page.

Contre l’école libérale, le 15 décembre faisons la lutte des classes !

« Les paradis fiscaux restent paradisiaques, les spéculateurs spéculent et les riches s’enrichissent ! ».
Ce sinistre constat n’émane pas des altermondialistes manifestant à Cannes mais du quotidien Libération qui n’est pas réputé pour son antilibéralisme !
Ainsi l’ordre libéral s’étend sur le monde et plus particulièrement en Europe et la démocratie, pourtant bourgeoise ne lui suffit plus !
La Troïka (FMI, BCE et Commission européenne) impose, par dessus la volonté des peuples des chefs de gouvernement issus des banques (comme Goldman-Sachs) directement responsables de la crise qui sévit depuis 20O8.
En France, Sarkozy qui se veut le « président du monde » mais qui se soumet aux ordres des agences de notation (totalement illégitimes) appliquent avec zèle les politiques imposées par la finance.

Dans ses discours de Bordeaux et Toulon, il s’est attaqué violemment aux pauvres et aux fonctionnaires, accusés de pillier la Sécu, alors que les patrons-voyous doivent des milliards.
Refusons le fatalisme et l’atonie syndicale. Face à de telles offensives anti-ouvrières, dont un des buts en France est de recycler les voix du FN, on pourrait (devrait) s’attendre à une riposte syndicale à la hauteur des attaques mais rien ne se passe.
A l’échelle européenne, alors que les salarié-es grec-ques en sont à leur 15ème grève générale et que les mobilisations continuent au Portugal et en Grande Bretagne comme le montre la réussite de la grève du 30 novembre, la CES non seulement ne propose rien mais « salue » les efforts des Merkel-Sarko pour « sauver » l’Europe de la crise.
En France, alors que des plans de licenciements massifs se préparent dans les banques et l’automobile et que le chômage ne cesse d’augmenter, les confédérations se mettent d’accord pour… ne rien faire en proposant une parodie de journée d’ « action » le 13 décembre !

C’est dans ce contexte d’offensives libérales et d’atonies syndicales que Chatel poursuit la feuille de route fixée par Sarkozy et les députés UMP en voulant liquider une bonne fois pour toutes le statut des enseignants en imposant par décret l’évaluation unique par les chefs d’établissement.

Toutes et tous en grève le 15 décembre pour le retrait des projets de décrets de Chatel !

Il y a bien sûr des limites à la réussite de la grève du 15 décembre, décidée par l’ensemble des organisations syndicales de l’Education nationale, excepté le Sgen-Cfdt qui retire ses billes au prétexte de promesses de négociations de la part de Chatel. Mais nous n’avons pas le choix.
Nous ne pouvons pas attendre, une hypothétique grève interprofessionnelle pour agir.

C’est maintenant que, dans les écoles, les collèges et les lycées nous pouvons forcer Chatel à retirer son décret ! Faire massivement grève le 15 et imposer la tenue d’assemblées générales, c’est dire notre volonté de continuer en janvier par la grève et une manif nationale pour empêcher la casse de notre statut dans le cadre de la défense du service public d’éducation.

Documents joints

Tract grève du 15.12.
Tract grève du 15.12.

Navigation par Thèmes